Navigation – Plan du site
La fabrique de l’action publique dans les pays ‘sous régime d’aide’

L’intégration et la mise en œuvre des principes marchands dans le secteur de l’eau en milieu rural et semi-urbain béninois

Une analyse des réformes et des pratiques
Héloïse Valette, Fabrice Gangneron et Alain Bonnassieux
p. 113-142

Résumés

Les réformes du secteur de l’eau potable en milieu rural et semi-urbain au Bénin ont globalement suivi les recommandations des agences d’aide internationale, en conformité avec le « référentiel marchand » de l’eau (Baron et Maillefert, 2011). Celui-ci est caractérisé par plusieurs principes : (1) la décentralisation des compétences aux communes ; (2) la délégation de la gestion du service d’eau à des opérateurs privés ; (3) la tarification de l’eau et son paiement systématique au volume ; et (4) la participation des acteurs dans la gestion de l’eau. Cet article vise à analyser l’intégration et la mise en œuvre des principes du référentiel marchand dans les réformes, et à analyser comment ils sont reçus par les acteurs du secteur à différentes échelles territoriales. Nos enquêtes qualitatives menées au niveau national et dans les communes de Djougou et de Kpomassè montrent qu’il ne semble pas y avoir de remise en cause des principes mêmes du référentiel marchand par les acteurs du processus de décision et ceux qui sont chargés de leur mise en œuvre. Cela ne signifie pas pour autant que ces principes ne suscitent pas de résistances ni de controverses dans leur mise en application.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2017.

Plan

Introduction
Le « référentiel marchand » comme grille de lecture des réformes et des pratiques
Traductions et interprétations des principes marchands dans les réformes du secteur
La décentralisation au cœur des réformes : des résistances au niveau national autour de l’arrivée d’un nouvel acteur dans le secteur, les communes
La « professionnalisation du secteur » impulsée au niveau national via une interprétation sélective de la gestion déléguée au secteur privé
L’institutionnalisation du paiement de l’eau au volume par la préférence aux dispositifs techniques complexes
La vision de la participation à l’échelle nationale : des usagers gestionnaires aux usagers clients
Djougou et Kpomassè, une traduction marchande hétérogène, mais effective
Rôle des communes, réalités de la gestion déléguée et repositionnement des acteurs lors des réformes
Des dynamiques communales entachées par des difficultés opérationnelles
Un processus conflictuel de rétrocession des AEV en voie d’apaisement 
La délégation de la gestion des AEV en contexte
Une tarification de l’eau moins acceptée à Djougou qu’à Kpomassè
Une participation à double vitesse ?
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Depuis le début des années 1990, le secteur de l’eau potable en zones rurales et semi-urbaines au Bénin est marqué par deux vagues de réformes successives qui concourent à redéfinir le périmètre d’action de l’État. La première s’inscrit dans un processus qualifié de « retrait » ou de « désengagement » de l’État du secteur de l’eau en milieu rural et semi-urbain à la suite des programmes d’ajustement structurel (PAS) au début des années 1990. Elle s’inscrit également dans le contexte du bilan de la Décennie internationale de l’eau potable et de l’assainissement, lancée en 1981 à l’initiative de l’ONU, bilan lors duquel la trop grande centralisation des décisions en matière de gestion de l’eau et le manque d’implication des populations dans cette gestion ont été dénoncés (Hounménou, 2006). Avec cette réforme, formalisée par l’adoption de la première stratégie nationale du secteur de l’eau en 1992, certaines prérogatives assurées auparavant par l’État central sont déléguées...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Héloïse Valette, Fabrice Gangneron et Alain Bonnassieux, « L’intégration et la mise en œuvre des principes marchands dans le secteur de l’eau en milieu rural et semi-urbain béninois », Anthropologie & développement, 45 | 2017, 113-142.

Référence électronique

Héloïse Valette, Fabrice Gangneron et Alain Bonnassieux, « L’intégration et la mise en œuvre des principes marchands dans le secteur de l’eau en milieu rural et semi-urbain béninois », Anthropologie & développement [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://anthropodev.revues.org/547 ; DOI : 10.4000/anthropodev.547

Haut de page

Auteurs

Héloïse Valette

Doctorante Sciences Po Toulouse, université Toulouse 1 Capitole, LEREPS
E-mail : heloise.valette@ut-capitole.fr

Fabrice Gangneron

Socio-géographe, université Paul Sabatier (OMP), IRD, CNRS, GET
E-mail : fabrice.gangneron@lmtg.obs-mip.fr

Alain Bonnassieux

Chercheur au LISST, Dynamiques Rurales, université Toulouse 2 Jean Jaurès, LISST
E-mail : alain.bonnassieux@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Anthropologie & développement est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association APAD
  • Revues.org