Navigation – Plan du site
Hommage

Hommage halieutique à Bréhima Kassibo

Dont un tableau politique des organisations professionnelles des pêcheurs maritimes au Sénégal à la fin des années 1990
Jean-Pierre Chauveau
p. 15-25

Texte intégral

1Je ne sais plus exactement quand j’ai fait la connaissance de Bréhima. Lorsque l’on a eu la chance de connaître Bréhima, c’est un peu comme si on l’avait toujours connu, tant étaient marquants sa présence à la fois généreuse et discrète, son sourire bienveillant relevé par un regard malicieux, son verbe dont la mesure, l’humour et la pertinence étaient servis par une voix sourde mais étonnamment pénétrante. Quoiqu’il en soit, je l’ai connu avant que ne commence l’aventure de l’APAD, à laquelle Bréhima a participé de la manière que l’on sait. À cette époque, les années 1980, j’étais très investi dans les recherches dites « halieutiques », terme destiné à englober et à faire davantage interagir les approches bio-écologiques et les approches en sciences sociales dans le domaine de la pêche artisanale. L’Orstom devenait l’IRD et promouvait des programmes de recherche interdisciplinaires sur la pêche très orientés vers le développement. Des partenariats entre chercheurs de l’Orstom et chercheurs nationaux étaient lancés dans plusieurs pays maritimes et continentaux d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Je travaillais pour ma part depuis 1981 au sein du Centre de Recherches Océanographiques de Dakar-Tiaroye de l’Institut Sénégalais de Recherches Agronomiques ; Bréhima était à l’Institut National Malien de Recherche Zootechnique, Forestière et Hydrobiologique, affecté à un vaste Programme d’études halieutiques du Delta Central du Niger sous l’égide de l’INRZFH et de l’Orstom.

  • 1 Notamment lors du premier colloque en 2002 à Montpellier qui a donné lieu à l’ouvrage édité par Jea (...)
  • 2 Notamment : à partir de 1993, réseau de chercheurs en sciences sociales sur les pêches artisanales (...)

2Ces expériences parallèles en matière d’interdisciplinarité tournée vers l’intervention de développement ont contribué à faire mûrir chez chacun de nous des réflexions qui allaient peu après alimenter l’Apadian attitude. Concernant Bréhima, on connaît ses travaux ultérieurs en anthropologie du développement, d’abord dans le milieu des communautés de pêcheurs du Delta du Niger (institutions de crédit, contrôle social de l’innovation et des migrations…) puis, plus largement, sur la décentralisation au Mali et les migrations internationales. C’est durant cette période des années 1980-1990 que nos relations personnelles et professionnelles se sont mutuellement renforcées, à l’occasion des colloques de l’APAD1mais aussi par des collaborations régulières2.

  • 3 La simple lecture de son article sur « Les pirogues du Delta Central : aspect économique et social  (...)

3Ce sont ces années de recherches halieutiques que je voulais évoquer en guise d’hommage à la mémoire de Bréhima - originaire, comme on le sait, d’une famille bozo, donc très attaché à l’activité de pêche3. Je souhaitais pour cela revenir sur un thème que nous avions été conduits à mettre en exergue dans nos recherches, indépendamment l’un de l’autre, pour faire contrepoids à des stéréotypes ou des idées reçues qui couraient dans le monde des projets de développement à propos des pêcheurs spécialisés. Deux thèmes s’imposèrent immédiatement. Le premier, qui exigerait trop de place pour être traité ici mais dont je tiens à dire un mot car ce thème avait fait l’objet d’un échange particulièrement intéressant avec Bréhima, concerne la représentation que les développeurs se faisaient de la genèse et de l’évolution du système halieutique au sein des systèmes de production. Contrairement à l’idée répandue « selon laquelle le système halieutique dériverait du système cynégétique et dont les systèmes agricole et pastoral seraient des formes ultérieures encore plus complexes et achevées », Bréhima a montré (ainsi que Claude Fay, autre éminent chercheur disparu) que les spécialisations ethnico-professionnelles dans le delta central du Niger ne pouvaient se lire selon cette grille évolutionniste et que les pêcheurs avaient été englobés depuis plus d’un millénaire dans des espaces de pouvoirs hiérarchiques successifs qui avaient profondément restructuré leurs systèmes de production (Kassibo, 1994a). De même, dans le contexte très différent de la pêche maritime littorale au Sénégal (et plus largement du littoral africain atlantique), j’ai pu montrer que la perception par les projets de développement des pêcheurs les plus spécialisés dans la pêche marchande comme issus de communautés ethniques ancestralement spécialisées dans la pêche en mer ne résistait pas à l’analyse historique. De la Mauritanie à l’Angola, les grands foyers (sénégalais, ghanéens, béninois…) de pêcheurs spécialisés dans les activités maritimes, dont la pêche, ont été le résultat de formes diverses de mobilité, de reconversions économiques (notamment l’abandon sous contrainte de l’agriculture) et de rapports de force impliquant les centres de pouvoirs de l’Hinterland puis coloniaux (Chauveau, 1986 ; 1991 ; Chauveau et al., 2000).

4Un second thème nous interpela, Bréhima et moi, sur nos terrains respectifs au regard des attentes des opérateurs de développement. Il concerne l’approche anthropologique des dynamiques sociopolitiques des communautés de pêcheurs lorsqu’il s’agit notamment « d’appuyer » la constitution d’organisations professionnelles de pêcheurs. Bréhima a abondamment écrit sur le crédit et l’organisation coopérative chez les pêcheurs du Delta Central (Kassibo, 1994b). J’ai, pour ma part, beaucoup moins exploité mes observations dans ce domaine.

  • 4 Pour une présentation récente, voir : Mbaye, 2013.

5J’ai donc choisi de publier, en hommage à Bréhima, un extrait d’un rapport d’expertise inédit où j’essaye de dresser un tableau des organisations professionnelles de pêcheurs au Sénégal en 1998-99. Comme Bréhima le faisait à propos des coopératives de pêcheurs de Mopti quelques années plus tôt, il met en évidence l’importance de la dimension politique au sein de ces organisations, comme dans l’histoire de la pêche artisanale en général. C’est cette dimension qui manque cruellement dans la vision dépolitisante du dispositif de développement, pour lequel la pêche artisanale reste immuablement traditionnelle. Cet extrait, qui doit beaucoup à l’aide apportée par le docteur Alassane Samba lors de cette expertise, peut également servir de témoignage sur l’histoire récente des organisations professionnelles de pêcheurs au Sénégal, qui reste en grande partie à compléter4.

Un tableau politique des organisations professionnelles des pêcheurs maritimes au Sénégal à la fin des années 19905

Les enjeux économiques

6Avec un chiffre d’affaires global estimé en 1997 à quelque 278 milliards de francs CFA, le secteur de la pêche maritime joue un rôle essentiel dans l’économie et dans la société sénégalaise, principalement dans la satisfaction des besoins alimentaires, l’emploi et l’apport de devises. Les produits de la pêche contribuent pour 70 % aux apports nutritionnels du pays en protéines animales et l’on estime à 600 000 les emplois générés par les activités liées à la pêche. La pêche maritime est, depuis plus d’une vingtaine d’années, le principal secteur d’exportation du pays (les exportations ont atteint 107.000 tonnes pour 160 milliards de francs CFA en 1997). À quoi s’ajoute l’importante ressource que constitue, pour l’État, la contrepartie des accords de pêche versée par les pays dont les bateaux sont autorisés à pêcher dans les eaux sénégalaises.

7Le seul sous-secteur artisanal participe pour 80 % aux débarquements des produits et pour 60 % aux quantités exportées. Cette prépondérance s’est accentuée depuis les crises successives de l’agriculture et du secteur industriel, aggravées par la récente dévaluation du franc CFA (1994). Un important exode vers la côte a renforcé le dynamisme de ce sous-secteur. On estime à la fin des années 1990 que plus des deux tiers des emplois fournis par le secteur relèvent de la pêche artisanale. L’importance et le dynamisme de la pêche artisanale ont été reconnus et, en quelque sorte, réhabilités par les autorités sénégalaises dès le début des années 80, à la suite de la profonde crise économique dans laquelle est entré le pays dans les années 70 et de l’échec essuyé par la politique antérieure d’industrialisation de la pêche.

8Enjeu économique considérable, la pêche artisanale maritime est aussi, à cette époque, le théâtre de multiples tensions : entre la pêche artisanale et la pêche industrielle à propos de l’usage de la ressource, entre les pêcheurs et les agents de la distribution (mareyeurs, usiniers, exportateurs) à propos du partage de la valeur, enfin entre l’Etat, les industriels et les artisans pour le partage des contreparties des accords de pêche. Ces questions sont régulièrement soulevées par les pêcheurs artisans eux-mêmes et sont à l’origine de mouvements et d’organisations dont le CNPS (Collectif National des Pêcheurs Artisans du Sénégal) et l’ONG CREDETIP (Centre de Recherches pour le Développement des Technologies Intermédiaires de Pêches) ont été des éléments précurseurs.

Les enjeux sociopolitiques de l’organisation professionnelle des pêcheurs artisans

9Associés à cet enjeu économique, l’organisation des pêcheurs artisans comporte en outre des enjeux institutionnels à fortes implications sociopolitiques.

Un contexte de transition institutionnelle

10Les années 1990 constituent une période de forte transition de l’organisation de la pêche artisanale et de son environnement institutionnel. L’organisation professionnelle de la pêche artisanale a été marquée, jusqu’au milieu des années 80, par un fort encadrement étatique : les coopératives et projets de développement assuraient l’essentiel de l’accès aux équipements et au crédit. Ils étaient pilotés par les services techniques de l’État, avec des ramifications d’ordre clientéliste et politique au sein des populations de pêcheurs. Il faut se souvenir que le système coopératif était, en liaison avec les luttes factionnelles au sein du parti dominant, un élément central du mode local de gouvernance sénégalais depuis la période où l’arachide constituait la principale source d’exportation. Il n’est pas indifférent de noter, par exemple, que le dernier président de la fédération nationale des coopératives était le président des coopératives de pêche.

11Ce dispositif institutionnel a considérablement changé par la suite :

  • L’édifice coopératif a été largement démantelé à partir de 1985, sous l’influence des conditionnalités de l’aide extérieure, au profit d’une organisation fondée sur les Groupements d’intérêt économique (GIE).

  • Les formes décentralisées de l’aide (par des financements et des organisations non gouvernementaux des pays du Nord, en particulier européens et canadiens) se sont amplifiées au même moment. L’aide décentralisée a encouragé les organisations professionnelles et les ONG locales à se lancer résolument dans le "courtage" de l’aide décentralisée - c’est-à-dire à organiser des activités de lobbying et de drainage des financements mobilisés dans les pays du nord par des partenaires divers (ONG, fondations issues de mouvement mutualistes du Nord, municipalités jumelées...).

  • Enfin, la philosophie des politiques publiques d’aide internationale au développement a évolué dans le sens du contournement des États et du renforcement de la participation et de l’organisation des producteurs, poussant l’État sénégalais à rétrocéder aux organisations professionnelles (industriels, artisans, mareyeurs) une part de la contrepartie des accords de pêche ou à accorder aux organisations locales une place dans la gestion des projets d’infrastructures (par exemple dans le cas de l’aménagement des ports de pêche).

L’influence des nouvelles orientations de l’aide extérieure au développement a ainsi entraîné la consolidation et le renforcement des organisations professionnelles opérant dans le secteur de la pêche

12Dans le domaine de la pêche industrielle, trois groupements ou unions patronales défendent les intérêts des armateurs, industriels, mareyeurs et exportateurs du Sénégal (GAIPES) (UPAMES) (GIMES).

13Dans le sous-secteur artisanal, les organisations connues au niveau national sont :

  • le Collectif National des Pêcheurs Artisans du Sénégal (CNPS), organisation autonome ayant développé un partenariat diversifié avec l’extérieur (Belgique, France, Canada, Asie...), ce qui lui permet de drainer un certain nombre de programmes et d’actions d’appui, en plus des subventions reçues du gouvernement sénégalais au titre de la répartition de la contrepartie des accords de pêche ;

  • la Fédération Nationale des GIE de Pêche (FENAGIE-PECHE), héritière de l’Union Nationale des Coopératives de Pêche du Sénégal, proche de l’Administration des Pêches. Elle développe des actions envers des partenaires nationaux et de l’extérieur, surtout des ONG. Elle tire une partie de ses subsides de l’Administration des Pêches ;

  • la Fédération Nationale des Mareyeurs du Sénégal (FENAMS) qui développe moins d’action de lobbying que les deux autres.

Une arène de compétition entre organisations vouées à la défense des pêcheurs artisans

14En se transformant, le champ institutionnel de la pêche artisanale maritime a ouvert une marge de manœuvre inédite pour de nouvelles formes d’organisation professionnelle. Celles-ci se sont diversifiées, qu’elles aient été directement générées par le milieu des pêcheurs, comme ce fut le cas du CNPS, ou indirectement, comme ce fut le cas d’associations de cadres et intellectuels ressortissants de villages de pêcheurs (par exemple l’APECSY, Association pour la promotion économique et sociale de Yoff) ou encore qu’elle aient été suscitées par l’État lui-même pour conserver le contrôle de la profession, avec la fédération des GIE de pêche et de mareyage (FENAGIE-Pêche et FENAGIE-Mareyage).

15Les ONG, du nord ou locales, et les organisations mutualistes ont également trouvé dans ce nouveau contexte un terrain favorable à leur développement. On peut citer : ADPES (ex-Terre des Hommes), qui propose des financements à des conditions favorables dans le milieu rural ; le CCFD ; le Secours catholique ; Développement et Paix ; la Fondation pour le progrès de l’Homme ; le CEASM ; ASPRODEB (Association pour la Promotion et le Développement à la Base, ex-Petits Projets Ruraux) ; le Crédit Mutuel Sénégalais ; le PAMECAS des Canadiens, qui a installé des caisses sur certaines plages et finance à des taux plus bas que les établissements bancaires, la FUCID et le CREDETIP. Ces deux dernières ONG entretiennent des relations anciennes. La FUCID est une ONG universitaire belge qui promeut la formation utile à l’auto-développement et le CREDETIP est une ONG sénégalaise de type associatif dont un des objectifs est d’appuyer un mouvement alternatif de défense des intérêts professionnels des pêcheurs artisans, en l’occurrence le CNPS.

16Toutefois, en se diversifiant, le paysage institutionnel et organisationnel de la pêche artisanale est également devenu plus compétitif, tant du côté de "la demande d’aide" par les organisations professionnelles et par les ONG sénégalaises, que du côté de "l’offre d’aide", dans un pays comme le Sénégal qui est l’une des terres d’élection des ONG du nord. Chaque organisation professionnelle de pêcheurs artisans, mais aussi chaque ONG, doit se faire une place dans l’arène du courtage des ressources extérieures et défendre constamment sa position, tant vis-à-vis des bailleurs de fonds publics et privés, que vis-à-vis de l’État sénégalais et de ses propres adhérents ou clients. Les moyens de cette compétition ne reposent pas principalement sur la capacité organisationnelle de chacune des organisations. En effet, leur faible niveau d’organisation et leur faible capacité de négociation devant des partenaires locaux ou extérieurs, dus en grande partie à l’analphabétisme des dirigeants, sont des facteurs limitant largement partagés par les organisations du sous-secteur artisanal. Aussi la compétition s’opère-t-elle plus largement par les jeux d’influence et de pouvoir et par des stratégies spécifiques pour convaincre les bailleurs de fonds de l’aide décentralisée.

17Jusqu’au milieu des années 90, il existait ainsi une grande rivalité entre le CNPS et la FENAGIE-Pêche. Cette dernière bénéficiant ouvertement de l’appui gouvernemental. C’est ainsi que le premier président du CNPS, Modou Diagne Gaye, est passé à la FENAGIE après sa création, ou que certaines ONG, comme l’ADPES, se sont tournées vers la FENAGIE après avoir collaboré avec le CNPS. A la fin de la décennie, la rivalité est moins vive, avec les possibilités données aux deux organisations de participer aux réunions de concertation sur la politique et les accords de pêche et avec les contacts entretenus au niveau des sphères dirigeantes par chacune des organisations (même si le CNPS continue de se prévaloir de son autonomie à l’égard de l’administration).

18En outre, avec la création de comités villageois de défense des intérêts des pêcheurs (par exemple à Kayar, Yoff, Mbour...), on assiste à une baisse des tensions entre organisations professionnelles, du moins dans l’esprit d’un grand nombre de pêcheurs artisans et de certains des dirigeants de ces organisations. Les animateurs de ces comités, ainsi d’ailleurs que la plupart des pêcheurs concernés, jeunes pour la plupart, ne se sentent pas tenus de se conformer à une allégeance systématique vis-à-vis des actions de la FENAGIE ou du CNPS, et ils s’organisent localement pour apporter les solutions aux besoins exprimés à la base.

Des organisations professionnelles à forte dimension politique

19Malgré tout, plusieurs aspects confèrent aux organisations de pêcheurs une dimension politique structurelle. D’abord, le mouvement d’organisation des pêcheurs est nécessairement lié à la conjoncture politique nationale sénégalaise. Il faut se rappeler que chaque projet d’action de la part des organisations de pêcheurs ou des ONG qui les appuient se déroule dans une période spécifique, en générale agitée, de la vie politique sénégalaise. De plus, il existe toujours une rivalité implicite entre les agents locaux de l’administration publique des pêches et les responsables des organisations professionnelles, notamment le CNPS. En outre, l’hétérogénéité sociale, économique et d’origine géographique des groupes de pêcheurs introduit une dimension politico-identitaire inhérente aux tentatives d’organisation au niveau national (cf. les conflits récurrents dans le grand centre de pêche de Kayar entre Saint-Louisiens et Kayarois). Pour ancrer son action et son influence dans le milieu pêcheur, toute organisation professionnelle à vocation nationale comme le CNPS doit tenir compte des systèmes de pouvoir locaux reposant largement sur une conception “ traditionnelle ” du politique. Enfin, la mise en œuvre de la gestion décentralisée des communes urbaines et rurales, plus avancée au Sénégal que dans la plupart des autres pays ouest africains côtiers, a contribué à renforcer les implications micro-politiques locales des organisations de pêcheurs artisans. Dans la plupart des grands ports artisanaux du littoral, la pêche fournit une part importante des ressources des communes ; les organisations de pêcheurs ou d’opérateurs liés à la pêche, y compris le CNPS, sont nécessairement mêlées aux affaires politiques locales.

Adieu Bréhima. Que la terre te soit légère…

Haut de page

Bibliographie

Chauveau, J.-P., 1986, « Une histoire maritime africaine est-elle possible ? Historiographie et histoire de la navigation et de la pêche africaine à la Côte Occidentale depuis le 15e siècle », Cahiers d’Etudes Africaines, (101/102) : 173- 236.

Chauveau, J.-P., 1991, « The historical geography of fisheries migrations in the CECAF region (end XIX century to 1980’s) », Fishermen’s Migrations in West Africa, FAO/DANIDA/NORWAY, IDAF/WP/36 : 12-35.

Chauveau, J.-P., et Samba, A.,1999, Évaluation de la coopération tripartite CNPS-CREDETIP-FUCID. Rapport de la mission d’évaluation (2-11 juillet 1999), Fondation Universitaire pour la Coopération Internationale au Développement, Namur, Centre de Recherches pour le Développement des Technologies Intermédiaires de Pêches Dakar, Sénégal.

Chauveau, J.-P., et Jul-Larsen, E., 2000, « Introduction. Du paradigme halieutique à l’anthropologie des dynamiques institutionnelles », In Chauveau J.P., E. Jul-Larsen, C. Chaboud, (eds), Les pêches piroguières en Afrique de l’Ouest. Pouvoirs, mobilités, marchés, Paris, IRD - Ch. Michelsen Institute –Karthala : 9-85.

Kassibo, B., 1994a, « Histoire du peuplement humain », In Quensière, J., (éd.), La pêche dans le Delta central du Niger ; Approche pluridisciplinaire d’un système de production halieutique, Paris, ORSTOM-Karthala : 81-97.

Kassibo, B., 1994b, « L’Union Régionale des coopératives de Mopti : les raisons d’un échec », In Jacob, J.-P. , et Lavigne Delville, P., (éds), Les associations paysannes en Afrique. Organisation et dynamique, Paris, APAD-Karthala-IUED : 219-234.

Mbaye, A., 2013. « L’organisation des professionnels », In Fontana, A. et Samba, A., (éds), Les artisans de la Mer. Histoire de la pêche artisanale au Sénégal, Dakar, WWF : 124-132.

Haut de page

Notes

1 Notamment lors du premier colloque en 2002 à Montpellier qui a donné lieu à l’ouvrage édité par Jean-Pierre Jacob et Philippe Lavigne Delville : Les associations paysannes en Afrique. Organisation et dynamique, Paris, APAD-KARTHALA-IUED, 1994.

2 Notamment : à partir de 1993, réseau de chercheurs en sciences sociales sur les pêches artisanales en Afrique, monté avec Eyolf Jul-Larsen ; en 1994, collaboration au Colloque Innovations et Sociétés (CIRAD et Orstom) ; en 1995, expertise collective Appropriation d’innovation et exclusion de groupes vulnérables dans les projets participatifs de développement rural en Afrique de l’ouest pour la FAO, Division des Ressources Humaines ; en 1996, expertise collective Ménages et crises. Inégalités et politiques publiques en Afrique (Orstom) ; en 1997 Atelier d’experts africains Gérer le foncier rural en Afrique (Ministère de la Coopération - Overseas Development Administration). De 1998 à 2004, Bréhima fut chercheur associé au GP Public Privé puis à l’UR Régulations foncières dont j’étais directeur.

3 La simple lecture de son article sur « Les pirogues du Delta Central : aspect économique et social » (In Kawada, J. (ed.) : Boucle de Niger, approches multidisciplinaires, vol. 2, Tokyo, University of Foreign Studies : 63-110) donne une idée de l’érudition gourmande dont Bréhima était capable s’agissant de pêche.

4 Pour une présentation récente, voir : Mbaye, 2013.

5 Extrait remanié de : Chauveau, J.-P., et Samba, A., 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chauveau, « Hommage halieutique à Bréhima Kassibo », Anthropologie & développement, 37-38-39 | 2014, 15-25.

Référence électronique

Jean-Pierre Chauveau, « Hommage halieutique à Bréhima Kassibo », Anthropologie & développement [En ligne], 37-38-39 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://anthropodev.revues.org/479

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chauveau

Directeur de recherche émérite à l’IRD
E-mail : jean-pierre.chauveau@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Anthropologie & développement est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association APAD
  • Revues.org