Navigation – Plan du site

Texte intégral

1991-2016 : l’APAD a 25 ans !

1En mars 1991, un groupe de chercheurs et de praticiens du développement, européens et africains, se réunissaient pour fonder l’APAD, autour de quelques principes : une approche empirique du développement, loin des débats normatifs, avec le souci de décrire et d’analyser les pratiques et les représentations, au plus près des acteurs ; une volonté de promouvoir le « développement » comme objet de recherche légitime en anthropologie, et comme révélateur des processus contemporains de changement social dans un monde globalisé ; une ambition de dialogue, à la fois critique et constructif, avec les praticiens. Ajoutons un principe d’équilibre Nord/Sud et de promotion des jeunes chercheurs, et vous aurez les ingrédients d’une aventure qui se poursuit depuis 25 ans au travers du renouvellement des membres et des bureaux qui ont animé l’association, qui déborde largement les frontières de l’association, et qui a marqué les sciences sociales du développement.

2Trois cents membres et sympathisants en Afrique et en Europe, 44 numéros de sa revue, 12 colloques internationaux, 16 ouvrages issus des colloques et/ou co-édités par l’APAD : c’est le bilan d’une association scientifique originale, qui a su renouveler et diversifier ses thèmes et ses équipes tout en restant fidèle à ses principes. Gageons qu’il en sera de même pour les prochains 25 ans !

La fabrique de l’action publique : le colloque de Cotonou

3Coorganisé avec le Laboratoire d’analyse des dynamiques de développement (LADYD/FSA) de l’Université d’Abomey Calavi, le LASDEL et l’IRD, avec le parrainage de l’IPPA (International Public Policy Association), du projet ANR APPI1 et du ministère béninois de l’Evaluation, le 12ème colloque de l’APAD a réuni près de 120 personnes, à Cotonou, du 17 au 20 novembre 2015, dans une ambiance à la fois stimulante et chaleureuse2. Ses objectifs étaient de déplacer le regard, en amont des projets et actions de terrain, vers la fabrique des politiques, et de favoriser les synergies entre socio-anthropologie du développement et sociologie de l’action publique.

4Je tiens ici à renouveler nos remerciements les plus chaleureux au comité d’organisation, grâce à qui ce colloque a été une grande réussite tant en termes scientifiques qu’organisationnels, et à nos partenaires financiers (le Bureau de la Coopération suisse à Cotonou, l’Ambassade royale des Pays-Bas au Bénin, l’Agence française de développement, l’Ambassade de Belgique au Bénin et l’IRD).

5La valorisation scientifique du colloque débutera avec le prochain numéro de notre revue et se poursuivra dans les numéros suivants. Un atelier d’écriture sera organisé à Cotonou en septembre 2016 à destination de doctorants et jeunes chercheurs africains ayant présenté leur communication au colloque.

L’APAD élargit son champ géographique

6Lors de son Assemblée générale, l’APAD a actualisé ses statuts et décidé d’élargir son champ géographique. Le terme « euro-africain » a correspondu au pacte fondateur d’une association qui voulait rassembler chercheurs africains et européens dans l’analyse des faits de développement en Afrique, et non pas une association de chercheurs européens travaillant sur l’Afrique. Cette réalité est aujourd’hui très fortement ancrée dans la dynamique de l’association et dans la composition de ses membres. Cependant, le terme « euro-africain » est parfois mal compris de l’extérieur. Les thématiques portées par l’APAD ne sont pas spécifiquement africaines, loin de là : les communications sur le Vietnam, le Mexique, la Bolivie, le Cambodge, lors de nos récents colloques, en témoignent et de tels regards sont utiles pour l’appréhension du changement social et du développement. L’Assemblée générale a donc décidé de supprimer toute référence géographique et de changer le nom développé de notre association en « Association pour l’anthropologie du changement social et du développement ».

Traitant du Pérou, de l’Italie, de Malte, du Vietnam, le dossier de ce numéro illustre l’utilité d’une telle ouverture pour notre réflexion. Bonne lecture !

Haut de page

Notes

1 « Une Action Publique éclatée ? Production et Institutionnalisation de l’action publique », projet de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche : http://www.gret.org/wp-content/uploads/VF2-appi-actes-web.pdf

2 Voir la page du colloque : http://apad-association.org/colloque-2015/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Lavigne Delville, « Editorial », Anthropologie & développement, 44 | 2016, 5-7.

Référence électronique

Philippe Lavigne Delville, « Editorial », Anthropologie & développement [En ligne], 44 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://anthropodev.revues.org/427

Haut de page

Auteur

Philippe Lavigne Delville

Président de l’APAD et anthropologue, Directeur de recherche à l’IRD
E-mail : philippe.lavignedelville@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Anthropologie & développement est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association APAD
  • Revues.org