Navigation – Plan du site
Du côté des thèses

Le système burkinabè de maintien des personnes âgées en autonomie fonctionnelle à domicile. Analyse centrée sur les acteurs de la ville de Bobo-Dioulasso

Thèse de Doctorat (PhD), Bruxelles (Belgique), Université catholique de Louvain (UCL), 2013
Abdramane Berthé
p. 181-182
Traduction(s) :
The Burkinabe system of maintaining elders in functional autonomy at home: analysis focused on the actors of the city of Bobo-Dioulasso

Notes de la rédaction

L'auteur présente ici un résumé de sa thèse de Doctorat

Texte intégral

1En Afrique subsaharienne, le système de maintien des personnes âgées (60 ans ou plus) en autonomie fonctionnelle a été peu étudié. Cette thèse a été réalisée à Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) pour décrire/analyser ce système. Il s’agit d’une étude longitudinale (2011-2012) étalée sur 12 mois. Les données quantitatives ont été collectées auprès d’un échantillon représentatif de la population âgée (362 personnes) à l’aide des questionnaires PRISMA et du SMAF. Ces données ont été analysées à l’aide du logiciel Stata. Les données qualitatives ont été collectées auprès des 15 personnes âgées et 43 (mois 1) ou 19 (mois 12 ou 13) membres de leurs familles au cours d’entretiens individuels ou collectifs. Ces données ont été analysées à l’aide du logiciel Nvivo. Le protocole de l’étude a obtenu l’avis favorable du comité d’éthique pour la recherche en santé du Burkina Faso. Les résultats ont été restitués aux interlocuteurs de terrain, des communications scientifiques ont été présentées à des conférences internationales ou locales, des articles ont été publiés dans des revues avec un comité de lecture.

2Les résultats ont montré qu’à Bobo-Dioulasso, en 2011, 32% ([26,79 - 36,77] CI 95 %) des personnes âgées étaient en incapacités modérées à graves. Autrement dit, dans cette ville, plus de la moitié des personnes (68%) étaient les acteurs de leur propre maintien en autonomie fonctionnelle. En cas d’incapacités modérées à graves (cas des 32%), la famille intervenait et les maintenait en autonomie fonctionnelle. Les proportions d’incapacités modérées à graves variaient selon la nature des activités ou d’une activité à l’autre. Toutes les personnes âgées qui avaient besoin d’aide en avaient. La famille constituait leurs ressources humaines quasi-stables qui leur apportaient cette aide. La famille se positionnait ainsi au second rang/place de maintien des personnes âgées en autonomie fonctionnelle. Lorsque la famille était défaillante (n’apportait pas les soins/soutiens de qualité ou était quasi-absente), aucun autre acteur (public, confessionnel ou communautaire) n’intervenait régulièrement à domicile. Le système de maintien des personnes âgées en autonomie fonctionnelle était ainsi incomplet à cause de l’absence d’un troisième acteur ou groupe d’acteurs qui aurait pu appuyer les familles ou les personnes âgées. Par conséquent, en cas d’handicap fonctionnel (incapacités modérées à graves non comblées par les ressources humaines) les personnes âgées avaient toutes les chances de mourir.

3Du fait de la spécificité de cette ville, les différentes proportions d’incapacités fonctionnelles sont difficilement extrapolables aux autres localités du Burkina Faso ou d’ailleurs. Cependant, la proportion nulle du handicap fonctionnel peut être aisément extrapolée à toutes les localités du Burkina Faso, d’Afrique subsaharienne, où il n’existe pas : 1) d’acteurs formels (communautaires, confessionnels, privés ou publics) qui offrent des services de maintien en autonomie fonctionnelle aux personnes âgées à domicile, et/ou 2) des structures renforçant les capacités et les compétences des familles à mieux maintenir leurs membres âgés en autonomie fonctionnelle. Il est donc nécessaire de prévoir un 3ème niveau d’intervention, d’appui aux familles et/ou aux personnes âgées vulnérables au handicap fonctionnel en tenant compte de leurs besoins/intérêts réels. Une amélioration de la qualité de vie des personnes âgées, de la qualité des soins biomédicaux et sociaux est indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdramane Berthé, « Le système burkinabè de maintien des personnes âgées en autonomie fonctionnelle à domicile. Analyse centrée sur les acteurs de la ville de Bobo-Dioulasso », Anthropologie & développement, 40-41 | 2014, 181-182.

Référence électronique

Abdramane Berthé, « Le système burkinabè de maintien des personnes âgées en autonomie fonctionnelle à domicile. Analyse centrée sur les acteurs de la ville de Bobo-Dioulasso », Anthropologie & développement [En ligne], 40-41 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://anthropodev.revues.org/320

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Anthropologie & développement est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association APAD
  • Revues.org